prev   next

SCRATCH

Pièce pour deux acrobates et un danseur

création 2017
 

  dossier artistique SCRATCH 2017.pdf

Conception, chorégraphie et scénographie Sophie Lamarche Damoure Interprétation Rémy Bénard & Pierre Bertrand acrobates, Vincent Curdy danseur
Création musicale Pascal Battus & Jean-Baptiste Julien
Voix enregistrées par Pascal Dickens
Création costumes Yolène Guais
Création lumière Marie Hardy & Jérôme Houles
Constructeur de décor Bruno Banchereau
Régisseur plateau, technique et logistique Marie Hardy ou Jérôme Houles ou Olivier Ingouf
Photos et vidéos Alban Van Wassenhove
Crédits photos dossier Vincent Curdy


A première vue l’ambiance est futuriste. Trois hommes aux allures de cosmonautes, un peu étranges et électriques, dans un état d’urgence, entre ciel et terre, parcourent cet espace noir et fantastique. L’apesanteur les saisit, les soulève, les transporte et la lenteur prend le dessus.
Ce navire spatial aspire ces hommes au fur et à mesure que la pièce avance. Aimantés les corps se projettent, bondissent, se suspendent, s’accrochent sur les parois du blockhaus.
Un dialogue s’engage entre eux trois et la matière velcro, contraignante, qui les obligent à se mouvoir d’une certaine manière. Des accidents, tensions, immobilités, dérapages, luttes s’imposent. La naissance de situations absurdes et loufoques entraine des histoires à deux, à trois, seul dans un huis clos.


DECOR

Les laboratoires de recherches sur le décor avec Bruno Banchereau et ceux sur les costumes avec Yolène Guais ont une place essentielle dans ce projet. Revêtus de velcro, costumes et scénographie posent un enjeu physique et concret aux interprètes.

SON

L’univers musical et sonore est issus de laboratooires de recherche entre deux musiciens improvisateurs et la chorégraphe. Une composition de Pascal Battus et Jean-Baptiste Julien.

CORPS

Les recherches corporelles s’appuient sur des extraits de Mouvements d’Henry Michaux, un texte qui danse et qui nourrit intérieurement. Certaines musiques de Pierre Henry, Neubauten ou l’atmosphère cinématographique du film Le bon, la brute et le truand (bande son d’Ennio Morricone) ont orienté certaines improvisations. Vincent Curdy, danseur, Rémy Bernard et Pierre Bertrand, acrobates forment un trio hétéroclite et enjoué. La lumière, sobre est créée par Marie Hardy et Jérôme Houles.